MINERAL_PORTRAIT_Alice.jpg

Alice Douet

Il y a plusieurs façons de se sentir bien chez soi et l’une d’entre elles est de s’entourer d’objets qui nous rendent heureux. C’est avec cette idée en tête que je crée : l’idée d’apporter du bien-être par la beauté d’un objet. Je vois mes créations comme étant utiles et belles mais surtout comme des objets pour améliorer et sublimer le quotidien. C’est pourquoi je pense à l’utilisation de mon objet pendant sa création et que j’imagine ce qu’il va devenir dans votre intérieur. Quand une plante s’épanouit dans un de mes pots ou que boire votre café dans l’une de mes tasses vous réconforte, alors ma mission est atteinte.

La terre est une matière noble qui met du temps à être apprivoisée. Elle a une beauté naturelle que l’on se doit de mettre en valeur. Pratiquer la céramique m’apprend la vulnérabilité,  la patience, le lâcher-prise et le souci du détail. Ce sont ces qualités que j’essaie de développer chaque jour pour faire progresser mon art. La céramique est par nature fragile, mais je souhaite qu’elle vous accompagne dans votre vie de tous les jours de la meilleure façon possible.

Découvrez-en davantage sur Alice

Qu'est-ce que tu aimes de la coopérative de céramistes Minéral?

J'aime que ça soit un lieu partagé et que chacun fasse au mieux pour en faire un endroit agréable et pratique. J'aime aussi pouvoir voir évoluer des pièces de différents styles et techniques. Le partage est très enrichissant.

Qu'est-ce qui t'a amené vers la céramique?

Je suis tombée dans la céramique vraiment par hasard il y a 4 ans. Je me suis inscrite à un cours débutant chez Les faiseurs avec Stéphanie Goye, et depuis je n'ai pas arrêté de pratiquer. Le maximum de temps que j'ai passé sans toucher de la terre c'est 2 semaines, et encore c'était difficile de m'en passer!

As-tu d'autres pratiques (artistique, artisanal ou autre) qui enrichissent ta pratique de la céramique?

Je suis ingénieure en physique. Étrangement, mon métier d'ingénieure me permet d'améliorer ma pratique de la céramique, et inversement. Ma formation d'ingénieure me permet d'être rigoureuse, organisée et curieuse tandis que la céramique me permet le lâcher-prise, la patience et surtout la persévérance!

 

Quel est ton type de production favori, ou ta technique de création de prédilection? (Façonnage, tournage, moulage...)

 

Le tournage! Je n'ai pas encore assez de patience pour le façonnage. J'aimerais vraiment apprendre le moulage pour me concentrer sur le décor des pièces.

Qu'as-tu appris sur toi ou sur la vie en général, en travaillant avec l'argile?

 

L'argile m'a vraiment beaucoup appris. Il y a tellement de paramètres que l'on ne maîtrise pas dans la formation d'une pièce que souvent le résultat obtenu n'est pas exactement comme dans notre tête. C'est quelque chose que j'ai mis du temps à accepter. De plus en plus je me rends compte que les petites imperfections font la beauté de la céramique. Travailler dans les métiers d'art ou d'artisanat c'est aussi accepter de s'ouvrir, de montrer son travail, d'accepter les remarques et d'être vulnérable. C'est aussi des choses dans lesquelles j'essaie de progresser.

Quelles sont tes aspirations futures en lien avec la céramique? 

 

Je souhaiterais ouvrir un atelier dans le Bas Saint-Laurent, en face du fleuve. J'aimerais pouvoir pratiquer là-bas et développer de nouvelles collections et collaborations, mais aussi offrir des cours. Je souhaite créer un lieu agréable pour pratiquer et faire découvrir la céramique.

À quoi ressemble ton accoutrement, quand tu travailles dans l'atelier?

 

Je porte à chaque fois mon tablier fabriqué par mon amie Chantal de la compagnie OUT. Enfiler mon tablier est devenu la première chose que je fais en entrant dans l'atelier et si je ne l'ai pas, on dirait que je ne me sens pas prête à commencer! Après ça, j'ai de la terre partout, des pieds à la tête, en passant par les cheveux. Je ne sais pas comment je me débrouille…

Quel.le.s sont tes céramistes québécois.e.s préféré.e.s?

 

Honnêtement je n'en ai pas. Il y a tellement de talent au Québec, chaque céramiste a sa propre touche, sa propre technique, et je ne saurais même pas en sélectionner une. Apprendre et pratiquer la céramique c'est aussi apprécier toutes les pièces créées, même celles qui ne correspondent pas à notre univers ou notre style.

À quel point es-tu crotté.e quand tu travailles?

 

Au maximum !!! Je ne pense pas qu'il soit possible de faire pire!

ALICE-P1040429.jpeg
ALICE-received_703325186884938.jpeg
ALICE-P1040177.jpeg

Images : Alice Douet